Coûts et précarité énergétiques : « Habiter mieux » c'est possible

Aider les propriétaires occupants à améliorer leur logement en maîtrisant leur consommation d'énergie, tel est l'objectif du programme d'intérêt général guidé par Habitat et développement 72.

Vous êtes propriétaire et occupant d'un logement dont la meilleure des pièces habitables plafonne en ces temps froids et humides à 16 degrés... Et vous pestez contre votre budget modeste qui vous empêche de rêver à une nouvelle chaudière, voire à des combles parfaitement isolés. Franchir le pas vers l'amélioration de son habitat et lutter efficacement contre la précarité énergétique n'est plus forcément, aujourd'hui, mission impossible. Gilles Lelarge, chargé de mission au sein d'Habitat et développement 72 assure la communication et le suivi en équipe du PIG "Habiter mieux" (Programme d'intérêt général). A ce titre, il intervient aujourd'hui à Ecommoy et pour la première fois dans le Belinois, afin de sensibiliser les institutions et professionnels et les informer sur les aides financières exceptionnelles de ce programme débuté en mai 2012.

Une première en Belinois

Sous l'égide du conseil général, en partenariat avec le territoire écomméen, cette réunion informative s'adresse à celles et ceux qui souhaitent rénover leur logement en bénéficiant des aides possibles accordées par l'Etat et le département. Un binôme associé à Le Mans métropole et de nombreux autres partenaires du dispositif dont la communauté de communes Orée de Bercé-Belinois, relais engagé dans les communications et diffusions liées à ce programme.

Plafonds de revenus et de gain énergétique

10 % des revenus dépensés en factures d'énergie, c'est le lot de près de 3,8 millions de ménages en France... Gilles Lelarge résume le PIG "Habiter mieux" : "Le programme vise à améliorer le chauffage et réduire sa facturation qui peut impacter les propriétaires aux revenus modestes, voire très modestes. Il est tourné très clairement vers la lutte contre l'inconfort, donc l'amélioration thermique des logements les plus anciens, je dirais entre 1970 et 1995 et, à court ou moyen terme, sert l'économie d'énergie présente et future dans le domaine de l'habitat". Ces aides ne sont allouées bien entendu que sous réserve des plafonds de revenus et du bénefice de gains de consommation énergétique, 25 % a minima, engendrés par chacun des dossiers. Dossiers qui, souvent, confirme le chargé de mission, concernent l'un des plus gros volets de la rénovation énergétique des logements, à savoir le remplacement onéreux et l'évolution des chaudières.

Des subventions pour 350 dossiers

Les crédits disponibles pour ces subventions exceptionnelles, issus des fonds du grand emprunt 2010 de l'Etat, permettraient d'envisager en Sarthe 350 dossiers de rénovation énergetique. "Une centaine a été traités depuis 2012. Mais, dans les faits, au-delà de la communication que les professionnels du bâtiment peuvent apporter aux particuliers concernant ces aides, nos équipes d'études et d'accompagnement personnalisé n'intervien- nent le plus souvent que dans la cas de personnes qui ont déjà un projet ou face à des obligations", explique Gilles Lelarge. Le recul sur les incidences en Sarthe, tant géographiques (ville et campagne) que sociétal n'est pas encore suffisant pour rendre compte de la réussite du programme "Habiter mieux", mais le département s'est engagé dans ce programme avec optimisme. Reste à prendre aussi la mesure des professionnels et artisans du bâtiment et du logement en Sarthe qui pourraient bien bénéficier, dans ce cadre d'accompagnement, d'une embellie de leurs carnets de commandes.

 

Source : Le Maine libre Sarthe Loir du 13 Février 2013

Exemple de réalisation par un propriétaire choisi parmi ceux ne dépassant pas le plafond de ressources considérées comme « très modestes ».

Ce dernier envisage le remplacement d'une chaudière fioul de plus de 30 ans, à production d'eau chaude sanitaire, par une chaudière à condensation : Coût des travaux HT : 5 119 €, soit 4 477,30 € TTC. Le gain énergétique évalué est de 28 % dans ce cas de figure et dépasse ainsi les 25 % d'amélloration de la consommation énergétique qui ouvre droit aux subventions suivantes : - ANAH (Agence nationale de l'habitat du parc privé) 35 % dans ce cas, soit 791 €. - Prime Habiter mieux : 2 100 €. - Prime du conseil général : 1 000 €. Au total, le montant des subventions allouées à cette opération serait de 4 891 €, soit un restant à charge pour le propriétaire du logement concemé de 586,30 €. - Quelques partenaires du dispositif : ANAH, Conseil général, Le Mans métropole, EDF, GDF, CAF de la Sarthe, MSA Mayenne-Orne-Sarthe, FF Bâtiment et CAPEB de la Sarthe, CdC Sablé, Pays d'Alençon, Vallée du Loir du Mans, Vallée de la Sarthe et CCAS du Mans.